HPEDiscover Madrid 2017 – AMD cartes graphiques (partie 13)

Au HPE Discover 2017, il y avait aussi AMD qui présentait ses dernières cartes GPUs pour les professionnels: les AMD Firepro S7150 et S7100X maintenant sorties depuis 14 mois et pour l’instant sous Windows (7 et 10).


La performance de traitement maximale en virgule flottante est de 3,77 TFLOPS en simple précision et de 250 GFLOPS en double précision.
La taille mémoire maximale est 16 Go GDDR5 pour la S1750x2. Avec une interface large de 256 bits. Elle est protégée par ECC
Elle se plug sur un emplacement PCIe® x16
Le point important pour ce genre d’équipement est la consommation électrique. La carte consomme env. 150 Watt, elle est rafraîchie par un dissipateur thermique passif, mais il existe des solutions de refroidissement actives.

API prises en charge : DirectX® 11.1, OpenGL® 4.4 et OpenCL™ 2.0
OS pris en charge : Microsoft® Windows 8.1, Windows® 7, et Linux® (32 ou 64 bits)

Les technologies AMD permettent d’optimiser l’utilisation comme par exemple :

  • Technologie AMD PowerTune1
  • Technologie GPU multi-utilisateur d’AMD

mais ces cartes graphiques ont toute leur place dans un environnement virtualisé grâce à des technologies de virtualisation compatibles :

  • VMware® ESXi™ 6.0 Hypervisors
  • Suite d’applications VMware® vSphere et Horizon

Pour support de la carte graphique, AMD recommande un PC doté d’une carte mère possédant une interface PCI Express® x16, PCI Express® v 3.0. Accessoirement, une , connexion Internet pour l’installation du pilote, une alimentation 400 Watts ou plus et 8 Go de mémoire système DDR3 recommandée (en fonction de l’environnement à virtualiser).

Pour en savoir plus, visitez ce lien

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2017 – NVIDIA carte graphique TESLA M10 (partie 12)

Au HPE Discover 2017, il y avait NVIDIA avec des solutions pour AI et DeepLearning.
Avec des cartes comme les TESLA M10 / M6 ou M60.


Maintenant les cartes ont beaucoup évoluée et sont capable de prendre en charge des fonctions d’amélioration des images dans un temps beaucoup plus rapide. Par exemple ici on peut voir la différence de vitesse de transformation. Cela est réalisé grâce à une technologie d’AI de réseaux neuronaux.





Caractéristiques :
La TESLA M10 est équipée de 4 GPUs (Graphical Processor Unit), supportant un total de 2560 CUDA cores. En utilisant le logiciel NVIDIA GRID (pour en savoir plus sur le GRID http://www.nvidia.fr/grid/ ), cela permet à 64 utilisateurs de travailler.
Pour la mémoire, on est à 32Go de GDDR5 par carte.

Vous pouvez en savoir plus sur le site de NVIDIA en suivant ce lien

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure | Tagged , , , , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2017 – HPE Non Stop (partie 11)

Je vais parler aujourd’hui du concept “NonStop” de HPE (lien), vu aussi sur le HPEDiscover 2017.
Le nom HPE est synonyme de qualité. Qualité veut dire continuité de service, fidélité et performance. HPE est une des rares entreprises à conduire de multiples tests en interne avant de sortir des produits, si si c’est rare. De même les nouveaux produits sont testés en version bêta chez des clients partenaires pour une autre validation définitive avant mise sur le marché.

Malgré tout, une panne peut toujours arriver et c’est là qu’intervient le concept HPE «NON-STOP». Cela consiste à gérer une panne SPOF (Sigle Point Of Failure) de manière à ce que la production ne soit pas interrompue.
Au HPE Discover, voici les informations que m’ont donné Ton VROUWE et Vanessa M KAUPP sur le sujet :

Les solutions Non Stop sont parmi les plus utilisées dans les business voulant un fonctionnement 24h/24 7j/7. Un bon exemple est la gestion des transactions financières autour des cartes de crédit.

Le principe est le suivant: Contrairement aux solutions historiques, ce n’est plus le matériel qui gère la tolérance de panne et les SPOF, mais une couche logicielle située entre le matériel et le système d’exploitation.

Le bus InfiniBus permet de réaliser une communication rapide entre blocs processeurs.


L’architecture des serveurs « NonStop » permet le calcul massivement parallèle (Massively Parallel Processing). Les processeurs communiquent par messages. Chaque CPU est indépendant et possède sa propre mémoire. De plus, il n’y a qu’une image du système qui peut être répliquée sur 4080 processeurs ‘CPU’ aux maximum. Chaque système peut comprendre jusqu’à 16 CPU et 255 systèmes peuvent être mis en cluster à travers tout type de réseau (LAN ou WAN). Le calcul dans les serveurs ‘HPE Integrity NonStop’ est réalisé par les processeurs ‘Intel® x86′ (NonStop X) ou ‘Intel® Itanium’ (NonStop i).

Pour assurer un fonctionnement constant, HPE s’est appuyé sur la redondance active :

  • En s’assurant que tous les composants sont bien actifs (et pas seulement en attendant que la panne se produise pour prendre des mesures conservatoires)
  • En permettant de répartir la charge sur tout les systèmes en cas de panne d’un élément
  • En éliminant les risques de faute quand un composants défaillant est remis en service.

Tout est virtualisé pour permettre une répartition de charge ‘load balancing’ au niveau de la transaction.
La communication CPU/CPU ou système/système est établie grâce deux ‘fabric’ commutées InfiniBand (NonStop X) ou ServerNet (NonStop i) utilisant la technologie ‘wormhole-routing’. La technologie ‘wormhole-routing’ est utilisée pour avoir le temps de latence le plus faible possible.


Vous pouvez prendre connaissance de l’ensemble de cette technologie sur le site de HPE.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure, Virtualisation | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2017 – HPE Simplivity (partie 10)

SimpliVity est une solution « hyperconverged » voir wikipedia … .

Bon, maintenant je me suis demandé comment expliquer simplement Simplivity sans employer le mot d’hyperconvergence.

Simplivity est simplement le nom d’une famille de serveurs sur lesquels tournent VMware…

Dans cette famille il y a deux types de serveur :
- HPE ProLiant DL380 Gen9 Server
- HPE ProLiant DL380 Gen10 Server (j’ai déjà parlé de ce type dans un post précédent)

Ces deux types était présentés au HPEDiscover 2017. Voici quelques photos.



Pour en savoir plus suivez ce lien sur le site HPE.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure, Virtualisation | Tagged , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2017 – HPE Synergy (partie 9)



La plateforme Synergy permet, entre autre, d’avoir pour le Cloud :

  • Un management dédié avec ILO 5 et des connecteurs réseaux physiques dédiés aussi au management
  • L’option de réaliser des images de serveur et de pouvoir les réinstaller immédiatement en cas de crash
  • La possibilité de mixer des serveurs Gen 9 et Gen 10
  • Un support pour l’évolution de la mémoire de masse depuis la technologie disque vers la mémoire persistante

“Synergy” est le nom d’une plateforme. Plateforme pouvant constituée de différents éléments matériels.

La base est un châssis désigné par “HPE 12000 Synergy”, ce châssis est destiné à être intégré dans un rack style 42U.

Le châssis “HPE 12000 Synergy” peut être ‘stand alone’ pour des petites structures ou être accompagné d’autres châssis “HPE 12000 Synergy” dans le même rack ou dans des racks différents. Dans ce dernier cas (pour les grandes entreprises) on peut avoir une salle informatique avec des dizaines de “HPE 12000 Synergy” logés dans des dizaines de racks.

Dans chaque châssis “HPE 12000 Synergy” il est possible de mettre des modules de type différents. Il peut y avoir des modules de calcul “compute” , des modules mémoire “storage”, des modules de gestion “management” et des modules d’interconnexion de fond de panier “fabric”.

Voyons le rôle de quelques types de module :

  • Le module de calcul “compute”

Les modules “compute” sont en fait des ordinateurs (comportant des processeurs, de la mémoire RAM, des disques SSD et des connecteurs pour des extensions).

  • Le module de mémoire “storage”

Les modules “storage” sont ni plus ni moins que des extensions d’espace de stokage genre disques durs.

  • Le module d’interconnexion de ‘fond de panier’ “fabric”

Ce type de module permet de réaliser l’interconnexion entre les différents éléments du rack.

Détail d’un module de l’offre Synergy.

Pour plus d’information sur Synergy, voir le site de HPE, en particulier le chapitre “Comment fonctionne HPE Synergy” peut être la suite de ce post.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure, Virtualisation | Tagged , , , , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2017 – HPE cloud28plus (partie 8)

Durant de HPE Discover, un éclairage particulier a été mis sur « HPE28+ ».


HPE28+ est un moyen pour différents acteurs -Ex :Opérateur, Intégrateur, services gouvernementaux- de communiquer entre eux afin de fournir des services sur le Cloud. C’est surtout un moyen de maintenir le contact entre ces acteurs.
HPE28+ est une communauté d’acteurs de confiance autour de HPE. Avant de faire partie de cette «alliance» les entreprises doivent être «Partner ready…» au près de HPE.

Cloud28+ permet de mettre en relation directe les partenaires et les clients potentiels. Grâce aux divers outils, le client peut trouver les partenaires qui vont leur offrir les solutions pour couvrir leur besoin client.

Les partenaires peuvent être :
- Fournisseur de services
- Vendeur
- Fournisseur de solutions
- Intégrateur
- Université
- Acteur du secteur public

Mais Cloud 28+ c’est aussi un catalogue de services (quelques milliers) :
- IaaS (Infrastructure-as-a-Service)
- PaaS (Platform-as-a-Service)
- SaaS (Software-as-a-Service)
- des services professionnels
- des logiciels liés au Cloud
- des Applications distribuées.

Et puis un laboratoire technique comme celui de Genève où il est possible de provisionner des Applications et des systèmes qui permettent un environnement multi-cloud.

Il est possible d’accéder à une bibliothèque d’articles techniques sur le site web de ce partenariat.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure, Virtualisation | Tagged , , , , , , , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2017 – L’espace (partie 7)

Impossible de parler hautes-technologies sans parler de la conquête spatiale. A l’entrée du HPEDiscover un module d’une station spatiale.
Différentes applications spatiales où sont utilisés les produits HPE sont présentées dans la zone des hautes technologies. Il faut dire que HPE est une des entreprises mythiques participantes de cette conquête.
Puis nous verrons, présenté par Ben G BENNETT, il a beaucoup travaillé sur la technologie informatique à destination de l’espace, la mission d’installation d’un serveur, le Spaceborne Computer dans l’ISS.
Le module


L’intérieur du module


Un détail des composants utilisés


La fameuse prise RJ45, mais avec la gaine qui va bien. Le câblage, toujours le câblage.


La mission d’installation d’un serveur, le Spaceborne Computer, dans la station spatiale.


La station spatiale internationale


Le serveur en cours d’installation

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Divers tendance nerd, Infrastructure | Tagged , , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2017 – La blockchain selon HPE, présentation (partie 6)

Une session de présentation de l’activité de HPE concernant la blockchain avait lieu au HPE Discover 2017 à Madrid.

Mais tout d’abord trois définitions :

Qu’est ce que une/la ‘blockchain’ ?

Pour simplifier, on peut dire que la ‘blockchain’ est une chaîne de blocs et que chaque bloc est en fait une écriture comptable. Cette écriture comptable contient au minimum un montant, un solde (montant) de l’émetteur, un émetteur et un destinataire.
La ‘blockchain’ est l’ensemble des blocs présent dans un fichier, c’est une base de donnée.
Ce fichier a une particularité: il est réparti et distribué sur un ensemble d’ordinateurs. C’est une base de donnée qui est dupliquée et copié sur un grand nombre d’ordinateurs.
On peut se représenter cela comme un livre de compte qui serait photocopié à des milliers d’exemplaires à chaque transaction. L’ancienne version étant mise à la poubelle.

Qu’est ce qu’un ‘ledger’ ?
Un ‘ledger’ est selon la traduction un registre comptable. Dans la technologie blockchain, on parle d’un ‘ledger node’ pour un ordinateur qui possède une copie de la blockchain.
DLT : Distributed Ledger Technologies, cela reprend l’idée que l’information est répartie et que c’est un livre de transaction sous forme informatique.

Qu’est ce que un ‘smartcontract’ ?

Le ‘smartcontract’ est partie intégrante de la technologie blockchain.
Nous avons vu que la blockchain est une espèce de base de données répartie contenant un livre de compte. Le ‘smartcontract’ en français ‘contrat intelligent’ est un programme qui traite les données de la blockchain et, éventuellement, des données extérieures pour donner un résultat. Ce programme peut être exécuté sur les machines participant à la blockchain.
L’exemple le plus courant est la cryptomonnaie -Ex:Bitcoin,Ethereum- où les participants peuvent s’échanger des unités de compte. Les vérifications se font sur plusieurs ordinateurs interconnectés.

Selon Raphael DAVISON (responsable blockchain pour HPE), la blockchain se décline en 3 versions :

  • 1.0 pour les transactions financières entre personnes -Ex:le fameux Bitcoin-, c’est la blockchain publique
  • 2.0 pour les contrats intelligents ‘smart-contracts’ entre entreprises -Ex:Ethereum et ses contrats intelligents-, c’est la blockchain privée
  • 3.0 pour les relations inter-machines, c’est aussi la blockchain privée


Note : On parle de blockchain publique quand n’importe qui peut recevoir une copie de la blockchain et participer à sa modification. La blockchain privé est simplement le fait de restreindre l’utilisation à un certains nombre d’intervenants pré-définis.

Quoiqu’il en soit, le marché de la blockchain est un marché dominé par les start-up parmi les plus connues :

  • R3 Corda
  • Ethereum
  • HyperLedger


Généralement ces startups ont passé des alliances avec des grands constructeurs, -Ex:HPE et Ethereum-.

Parmi les invités Ben EDGINGTON (ConsenSys) a qui j’ai posé la question des différences en terme de hardware entre blockchain publique et blockchain privée:
“Comme la blockchain publique (les cryptomonnaies, blockchain 1.0) fait beaucoup appel à de la cryptographie, il y a un grand besoin de puissance de calcul avec des ASICs ou des GPUs.
Mais le point vraiment différenciateur entre blockchain privée et blockchain publique est que la blockchain privée a besoin de performance (rapidité) réseau. Ceci n’est pas critique sur la chaîne publique puisque les temps de bloc sont ~15s (dans le contexte d’Ethereum), cela laisse assez de temps aux communications pour se propager.
Pour ce qui concerne les chaînes privées, le temps le bloc peut être de quelques centaines de millisecondes, donc le réseau devient un passage critique en terme de latence (temps de transit Ndlr).
Une qualité d’Ethereum est qu’il n’exige pas vraiment d’équipements de haute-disponibilité car Ethereum est déjà conçu pour la tolérance de pannes.”

Je revendrais sur le sujet de la blockchain, car c’est un sujet d’actualité.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure, VoIP/ToIP/Collaboration/Social | Tagged , , , , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2017 – Des Câbles, encore des câbles, toujours des câbles (partie 5)

Depuis la création de ce blog, ou si vous travaillez avec moi, vous savez l’importance que j’attache aux câbles, à la couche 1 du modèle ISO. Si les câbles data, Cuivre, Fibre Optique, sont indispensables, il y a un aspect quelquefois négligé : la partie alimentation secteur et le positionnement des équipements dans un rack.

Un architecte réseau ou système cherche surtout à éviter le SPOF ‘Single Point Of Failure’. Donc, on ne devrait pas voir dans un même rack des équipements nominaux et des équipements de backup associés. Pour les équipements centraux il est obligatoire de disposer de deux salles bien séparées. Si l’alimentation secteur venait à être coupée pour le rack ou si un dysfonctionnement électrique ou physique grave venait à perturber tout le rack ou la salle, toute la prod. serait perdue.
Par exemple: un intervenant dans un datacenter confond le sectionneur électrique d’arrêt d’urgence électrique (arrêt total de tout le courant du datacenter) avec un porte-manteaux design. (histoire véridique). Vous imaginez la suite …
Pusiqu’on en est aux horreurs je vous propose de faire un tour sur le compte twitter: @AlertePelleteuz :)

Pour l’alimentation d’un datacenter de production, vous devez exiger du fournisseur d’énergie deux arrivées électriques séparées, mais cela est inutile si les postes de distribution amonts ne sont pas eux-même redondants.
Voir problème particulièrement bien expliqué par LMI.

Voici quelques photos de composants d’alimentation présentés au HPEDiscovery 2017 à Madrid.

Ici le bas d’un rack du concept Synergy


Dans l’espace (station spatiale) il faut aussi être alimenté


Les balayettes, indispensables pour éviter la poussière tout en permettant de la souplesse dans le câblage.


Les prises à placer dans le rack, sur le coté.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure, Virtualisation | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2017 – Maquette de The Machine, miam (partie 4)

Dans la zone de la recherche HPE, il y a des maquettes et des prototypes. Parmi ceux là voici une maquette qui pourrait être une idée de gâteau.


SoC: ‘System On a Chip’, peut être des CPUs ?


La mémoire


les ventilateurs


Sous un autre angle


Bon cela m’a donné faim :b

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure, Virtualisation | Tagged , , , , , , , , | Comments Off