Schémas et ToIP

Avant l’invention de l’écriture, il y eu l’invention des schémas…

Dans le domaine de la ToIP un schéma vaut mieux qu’un long discours. Pour m’aider dans cette tâche, pour travailler sur des infrastructures qui peuvent assembler de multiples protocoles je me suis fais une petite norme que j’aime bien partager avec les lecteurs de ce blog.

Dans l’image du schéma vous pouvez facilement voir la signification de chaque type de forme (passerelle H323, SIP, MGCP ou Gatekeeper et même CUBE/SBR).

Comme je travaille aussi avec des Callmanager Cisco (CUCM) j’ai représenté les liaisons qui peuvent exister entre un Publisher (PUB), un Subscriber (SUB) et les équipements périphériques. Vous noterez les petits motifs en losange, carré ou triangle selon le type de protocole. Chaque ligne représente une liaison configurée. Si le petit motif est noir, il s’agit d’un lien nominal s’il est vide d’un lien de secours.

Je n’ai pas voulu trop charger le schéma au risque de le rendre incompréhensible. Mais généralement je place sur l’ensemble des liens les patterns du plan de numérotation concerné par la liaison, par exemple sur le lien allant vers l’ITSP (Internet Telephony Service Provider) si c’est pour aller vers l’international (genre en Chine) je placerais (0086! ou +86! ou même 86! fonction du type de plan de numérotation).

Pour une meilleure compréhension de l’infrastructure représentée, je indique par des zones (les grandes courbes) les régions, cela correspond dans le iPBX au type de codec qu’il est possible d’utiliser pour communiquer avec la zone en question. Par exemple la zone CUBE H323 sera typiquement déclarée comme G729…

De même sur les petits nuages “pstn”, on positionnera les numéros de base des SDAs.

Par contre je déconseille d’utiliser la même feuille pour y faire figurer des adresses IP, utilisez plutôt le même schéma sur une autre feuille sans les indications de numéros téléphoniques et de SDA.

Dans les architecture plus simple l’application de ce genre de standard ne devrait pas poser de problème surtout si les PUB et SUB sont remplacés par des UC500/CME ou même des iPBX de type Asterisk. Le principe reste le même.

Pour des architecture plus complexes, ce genre de schémas tenu à jour peut vous permettre en cas de problème de visualiser plus vite les points critiques. De toute manière cela permettra aussi de former beaucoup plus rapidement des nouveaux dans le domaine de la ToIP ou de renseigner plus vite des consultants ou intervenants externes.

N’hésitez pas à me faire partager vos questions et votre expérience sur le sujet.

Comme je suis en période de formation assez intense, les articles sont fermés aux commentaires pour l’instant. Laissez moi un message en prenant mon email sur “me contacter”, mais je mettrais sans doute des jours ou des semaines pour répondre (fev. 2012).

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
This entry was posted in VoIP/ToIP/Collaboration/Social and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.