Bande passante et temps de latence réseau


Fi de modestie, voici un article que devrait avoir lu toute personne travaillant avec un réseau (Internet par exemple) à l’international. C’est pourquoi je vous encourage à envoyer un lien vers cet article au maximum de personne possible, surtout vers votre informaticien préféré :)

Depuis que je travaille dans le réseau, j’ai remarqué que les gens qui utilise Internet ont une notion de la bande passante, mais pas du temps de latence. Et pourtant, cette deuxième valeur est aussi déterminante pour la vitesse d’utilisation du réseau que la bande passante.

Prenons un exemple : un train qui a 1 wagon de voyageurs (env. 100 places assises).

La bande passante correspond au nombre de places disponible (ici 100), la latence correspond à la vitesse du train. De sorte que tant que vous n’avez pas rempli les 100 places, vous pouvez augmenter le volume de transfert (cela permet d’envoyer plus d’information dans le même laps de temps).

Maintenant mettons en mouvement le train. Il faut à notre train 1 heure pour arriver à destination. Les cents personnes vont arriver une heure après.

Si il y a 300 voyageurs, il vous faut 3 trains (oui de 1 wagon chacun), et il doivent respecter une distance de sécurité de 15 minutes. le temps de transfert devient donc : 1 heure + 2 fois 15 min soit 1h30 pour transférer 300 voyageurs.

Si vous avez un seul train de 3 wagons, le tour est joué : le temps de transfert est ramené à 1 heure.

Mais si vous n’envoyez que 10 personnes, le temps de transfert n’est pas diminué, ce sera toujours 1 heure.

en résumé :

A) 1 train (1 wagons) de 100 voyageurs : 1heure

B) 1 train (3 wagons) de 300 voyageurs : 1heure

C) 1 train (1 wagons) de 10 voyageurs : 1heure

C’est un peu la même chose sur un réseau: la bande passante correspondant au nombre de voyageur que peut emporter le train. La latence correspondant au délais (1 heure) nécessaire au train pour faire le voyage.

Par rapport à A) on peut dire que l’on augmente la bande passante en B)

C) on a une bande passante très importante (reste 90 places libres), mais le temps de latence reste de une heure.

Conclusion :

Il existe un moment où augmenter la bande passante ne sert plus à rien pour augmenter la quantité d’information transférée dans un temps donné, c’est le temps de latence qui bloque. C’est le cas dans les transferts internationaux.
Par exemple: si vous avez une page web qui nécessite 10 aller-retours* d’information entre votre navigateur et le serveur et que le temps de latence est de 1/2 seconde (vers l’Asie par exemple). la page ne pourra par s’afficher avant 1/2 * 10 = 30 seconde au minimum. (* Je simplifie le comportement de TCP/IP pour les puristes ;) .

Ce comportement est le plus gênant dans l’informatique transactionnelle (clients légers, navigateur web etc.)

Si vous avez un problème de compréhension, n’hésitez à m’en faire part, je corrigerais cet article tant je pense cette notion importante.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
This entry was posted in Infrastructure and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.