Osons le niveau 1 : le câblage

(Parfois ;^ ) parler du câblage dans une réunion informatique est comme dire un gros mot !

Le câble n’est pas un objet d’étude noble, je vais donc utiliser tout ce qui me reste d’humour à cette heure tardive de la nuit pour vous convaincre qu’il n’en est rien et que le Niveau 1 de la couche OSI vaut bien le niveau 3 voir même le niveau 7 (oui, je sais, c’est pas clair, c’est normal, c’est pour tech./ingé. Réseau).

Toi qui as déjà participé à la mise en place d’une infrastructure informatique ou à sa refonte ou encore, et c’est le plus souvent le cas, qui a eu à gérer des réunions de crise suite à un bug du “système informatique ”, tu sais comme le câblage du réseau est important. En effet, au moins 50% des pannes réseau, ou pire des dysfonctionnements latents proviennent du niveau 1 de la couche OSI: le câblage du réseau …

Nombre de pannes dues au câblage peuvent se produire et les plus vicieuses. Elles sont les plus amusantes à débusquer quand vous avez les outils pour cela et l’expérience du matériel. Sinon j’ai lu il y a quelques années quelque part sous la plume d’un américain que le réseau peut être le “Vietnam de l’informatique”…
Moi, j’ai vu des grandes entreprises chercher une panne pendant des mois, oui des mois avant de trouver par exemple :
Une boucle de courant dans le blindage des câbles réseau à travers tout le bâtiment
Une inadéquation entre vitesse et duplex ( oui, cela arrive encore en 2011) sur le routeur d’accès principal à Internet
Un câble conduisant dans un sens, mais pas dans l’autre (une paire est OK l’autre non)
Une poussière dans l’interface d’une fibre optique
ad nauseam …

DSI, quand le système informatique atteint une taille critique, le coup horaire d’un câbleur professionnel est largement amorti par les pertes de production effectives économisées. Si votre entreprise est assez grande, préférez embaucher un bon câbleur, bien expérimenté, vous verrez, votre taux de pannes diminuer fortement. Si votre entreprise n’a pas la bonne taille, qui va faire le travail ? Vous ? Oui, vous, le Dsi/responsable/ correspondant informatique.

J’ai remarqué qu’un câblage ‘clean’ doit être imposé et je dis bien imposé. Le câblage c’est comme la forêt vierge dont on vous a parlé quand vous étiez petit : dès que l’on coupe ça, repousse. En fait, c’est un travail quotidien, le moindre câble “temporairement” mal passé et c’est comme la première cigarette après avoir arrêté de fumer durant un an. Vite, très vite, au gré des “urgences”, le foisonnement des câbles reprend le dessus et on peut difficilement revenir en arrière.

Voilà pour l’aspect matériel, mais il y va de votre image dans l’entreprise, car il y a ce type, oui vous savez, celui qui passe une fois tous les 36 du mois généralement accompagné de quelques clients et d’un(e) commercial(e) regardant les machines comme il(elle) regarderait un atelier plein d’huile de vidange. Bon ce type, c’est votre patron, peut être dans une vie antérieure il a fait de l’informatique, il a, peut être même, été à votre place. Mais maintenant, vous croyez qu’il a le temps de voir combien vos configurations d’IOS sont pointues ou la complexité de votre architecture que vous venez d’installer avec brio ? Non, il ne peut voir que l’aspect matériel qu’il embrasse d’un seul coup d’œil. Et dans dans son esprit il classe : bordel / pas bordel, d’ailleurs idem pour ses invités et le(a) commercial(e). Alors quand il, lui ou les autres collègues de l’entreprise, vous sera la main votre image sera associée au câblage de la salle informatique.
Pour vous en convaincre, faites le test suivant: montrez une photo du câblage à votre femme ou votre petite amie, sa réaction risque de vous surprendre…

Si vous devez faire le travail sans un professionnel, ce qui est en général un travail quotidien, il faut former votre équipe à faire un câblage propre. Cela passe par une sensibilisation du management et de l’équipe, il faut mettre la priorité sur un câblage bien fait. Cela peut se faire en demandant d’ajouter systématiquement au dossier une photo du travail terminé (avec les portables cela est devenu facile). Il faut que le responsable du service informatique montre l’exemple et ne tolère pas le moindre câble mal posé et surtout soit capable de lui même montrer comment faire un câblage à peu près potable. Bref, il faut que l’équipe réseau finisse par aimer faire un câblage propre. Vous savez que vous avez obtenu ce but quand invités au resto italien du coin, les amateurs de spaghetti bolognaises de votre équipe choisissent alors négligemment une pizza et qu’ils racontent comment ils ont refait, le week-end, le câblage de la HIFI de leur foyer. À la grande satisfaction de leur petite famille.

Il existe quelques règles de base d’un bon câblage, mais cela fera l’objet d’un autre article, éventuellement. J’ai déjà trop parlé.
En attendant, voici une vidéo : les 23 astuces pour bien câbler:

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
This entry was posted in Infrastructure and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Osons le niveau 1 : le câblage

  1. Pingback: Tweets that mention Osons le niveau 1 : le câblage | alainfaure.net -- Topsy.com

  2. Romain says:

    Enfin quelqu’un qui pense comme moi…complètement d’accord avec le fait qu’il faille imposer un câblage “clean” !
    Je vis quotidiennement des “câbles temporaires”, c’est comme un caillou dans une chaussure : je sais plus quoi faire pour l’éviter…

    NB : c’est bien mieux avec les commentaires ! ;)