VMworld 2019 Europe – Interview Sylvain CAZARD – Projet La Poste

Rencontré au VMWorld 2019 à Barcelone, nous avons parlé de la manière dont VMware voyait l’évolution dans les domaines la sécurité et du réseau (domaines qui m’intéressent plus particulièrement). D’année en année la sécurité s’impose comme un enjeu majeur dans les infrastructures informatiques. Avec le développement du Cloud et l’éclatement du support applicatif, tous les constructeurs du domaine essayent d’apporter une réponse.

Pour Sylvain Cazard, Vice-Président Europe en charge des offres Logiciels, Data center, Réseaux et Sécurité chez VMware, « Le constat de VMware est qu’il existe un ancien monde de la sécurité, dit périmétrique », c’est le domaine des serveurs, des équipements réseaux, des postes de travail etc. L’avenir est donc de réduire la surface d’attaque en intégrant la sécurité à l’infrastructure. Cette “surface d’attaque” est en effet devenue plus large par la diffusion des données, de la workload – ensemble programmes/données lors de son exécution – et des applications de plus en plus éloignées du Datacenter.

Donc, hors du périmètre classique de sécurité.

Par exemple, on peut avoir des morceaux d’application tournant sur un serveur en central, mais aussi dans les Datacenters de tiers (des hébergeurs/fournisseurs de Cloud) et aussi de plus en plus sur des équipements de bordure d’infrastructure (le ‘Edge’). On doit pourtant avoir une même politique de sécurité à tous les niveaux de l’infrastructure.

Selon Sylvain Cazard, « Ce constat a amené VMware à développer une sécurité encore plus intégrée, c’est à dire une meilleure sécurisation des ‘end points’, des téléphones mobiles, des objets connectés et bien sûr du réseau et du Datacenter. L’avenir est donc de réduire la surface d’attaque en intégrant la sécurité à l’infrastructure ainsi que la prise en charge pour tous les éléments de l’infrastructure ».

VMware est bien engagé dans les aspects réseaux avec NSX qui est déjà une solution supportant le switching, le routage et d’autres fonctions comme le Firewalling et le Load-Balancing.
« VMware avance dans le WAN avec l’acquisition récente de VeloCloud offrant un SDWAN adapté au branch office ».

« A cela s’ajoute l’offre Carbon Black que VMware utilise pour sécuriser les points d’accès ». Par ailleurs « VMware sécurise l’ensemble de l’infrastructure grâce à l’approche ‘Software-defined’ de la sécurité »

Sylvain Cazard explique NSX-T et les nouvelles versions : « NSX, avait innové avec le concept de ‘micro-segmentation‘ ». La micro-segmentation est le fait d’empêcher la diffusion des menaces en bloquant les mouvements latéraux entre les applications et les charges de travail. « En 2019, VMware apporte un point central de gestion de la sécurité grâce à son approche 100 % logicielle ». Cela permet d’éviter de gérer des patchs de multiples éditeurs. « VMware innove encore dans le domaine en renforçant son offre NSX avec IDS et IPS c’est ce que nous appelons la sécurité intrinsèque ». Une composante IDS pour la détection d’intrusion fonctionnant à base de reconnaissance de typologie de trafic. Et une composante IPS pour la prévention d’intrusion. « NSX, c’est déjà un demi-milliard de clients informatiques sécurisés contre les intrusions périmétriques. NSX-T est une évolution majeure de NSX qui permet plus de cas d’usage et peut gérer plus de choses. Par exemple tout ce qui n’est pas à base de VMware et même l’environnement physique ».

« Une des innovations est de connecter les containers et la prolifération de container va amener des enjeux classiques, NSX-T permet de connecter et de sécuriser les containers » « Avec la dernière version de NSX-T, nous avons une release majeure. Très utile pour travailler en mode Agile ».

Sylvain Cazard profite de sa participation au projet de La Poste pour nous parler de « Workspace One », « La Poste a déployé plus de 70.000 postes clients pour les facteurs en France ». Workspace ONE est une solution VMware de virtualisation du poste client. « Dans un projet comme La Poste, la priorité est donnée aux utilisateurs, le personnel, les facteurs. Dans un premier temps c’est d’ailleurs la population des facteurs qui sera équipé de Workspace ONE puis les bureaux soit environ 30.000 utilisateurs ce qui fait au total environ 100.000 users ».

« Pour un facteur de La Poste, la journée commence avec le chargement les applications, de sa route pour lendemain etc. Ce qui est très important c’est que les facteurs notent la satisfaction de l’outil de travail et cette satisfaction a augmenté avec Workspace ONE ».

En fin de cet article il y aura plus d’informations sur le projet Workspace ONE de La Poste et le résumé d’une étude sur la satisfaction des utilisateurs.

« Dans ce contexte, WorkSpace One prend en charge le management de l’équipement terminal informatique du facteur et la gestion de la flotte de postes clients. Mais aussi la mise à jour des applications ».

Il a ensuite abordé la question l’offre Openshift de Redhat.
Sylvain Cazard indique que « VMware a une proposition de valeur globale avec un stack d’infrastructure Software Defined Datacenter : le datacenter virtualisé – et par-dessus un framework de développement ». VMware assure de cette manière la gestion de l’infrastructure et du run. -run : terme utilisé pour définir la production- « Kubernetes en devenant un standard fait que l’on monte dans l’échelle de valeur » – c’est à dire, que la meilleure gestion des tâches permet de réaliser des économies et de rendre plus efficace le travail des équipes d’administration et de développement.

« Il y a beaucoup d’annonces autour de la façon de gérer les containers. »

« Nous avons fait l’acquisition de Pivotal, qui n’est pas encore finalisée. Vis à vis d’Openshift, VMware propose le choix d’une solution bout en bout et le client peut choisir Openshift ou des applications à base de containers sur un Stack VMware. Avec PKS VMware intègre la gestion des containers dans la plate-forme. Pour finir je dirais que nous sommes concurrents mais complémentaires ».
Le mot de la fin pour Sylvain Cazard « La complexité dans laquelle le monde digital nous amène et la multiplication des usages partout à tout endroit avec beaucoup de clients donne des enjeux de sécurité forts, enjeux que VMware entend réussir en résolvant tous les problèmes d’infrastructure multi Cloud ».

A propos du projet VMware et La Poste

« Le modèle économique de La Poste se transforme avec la décroissance des activités traditionnelles et le développement de nouveaux services de proximité portés par les facteurs et les chargés de clientèle en bureau de Poste. Pour accompagner les collaborateurs dans cette transformation, nous les avons équipés de terminaux mobiles qui sont simples, conviviaux et adaptés à leurs activités. Au cours de cette refonte, les utilisateurs finaux ont été véritablement parties prenantes étape par étape pour une meilleure appropriation. Les 70 000 facteurs peuvent ainsi proposer de nouveaux services comme l’aide à domicile – et ainsi diversifier nos offres de manière fluide et opérationnelle » commente Juliette Baudry, directrice Environnement de Travail, La Poste.

Pour VMware :

La Poste fait évoluer son business-model avec de nouveaux services. Pour ce faire, elle a équipé ses employés avec des équipements mobiles permettant de délivrer de nouveaux services et d’assurer l’interaction avec les clients. L’entreprise doit aussi prendre en compte les nombreuses mises à jour de logiciels nécessaires à plus de 20 applications sur le poste client. Cela rendait nécessaire de long temps d’attente avant qu’ils puissent commencer leur tournée. Dans ce cadre a été déployé Workspace ONE pour simplifier la gestion et le déploiement des applications. Quel que soit le niveau de connaissance en informatique, les postiers ont maintenant un accès facile et sécurisé à leurs dernières applications.


Le déploiement de Workspace ONE à La Poste est à mettre en relation avec l’étude réalisée pour VMware au sujet du poste de travail et des espaces numériques de travail. Voici quelques infos, tirées de l’étude « Expérience numérique des employés, l’une des clés de la réussite des entreprises (Etude VMware avec Vanson Bourne, 2019) » :

64 % des salariés français déclarent ne pas avoir leur mot à dire concernant le choix des outils qu’ils peuvent utiliser au travail

64 % affirment que la flexibilité des outils professionnels en entreprise est susceptible d’influencer leur décision de se porter candidat 42% des employés sont libres de travailler sur leurs appareils personnels dans les entreprises en croissance (contre 30% dans les entreprises en sous-performance) En France, près de deux tiers des salariés (64 %) affirment que la flexibilité des outils professionnels est susceptible d’influencer leur décision de se porter candidat, ou d’accepter un poste dans une entreprise. En outre, 71 % des répondants estiment que leur employeur actuel devrait accorder davantage d’importance à cet aspect.

Cependant, tirer pleinement profit des espaces de travail numériques, et améliorer l’expérience des salariés passe impérativement par une collaboration plus étroite entre les équipes RH et informatiques : en effet, 53 % des employés français ignorent s’ils doivent s’adresser à leur service RH ou informatique en cas de besoin, confusion considérée comme un frein supplémentaire à une expérience positive pour 21 % d’entre eux.

L’enquête révèle aussi que les organisations françaises enregistrant les taux de croissance les plus élevés** proposent davantage d’éléments (6 en moyenne) contribuant à la qualité de l’expérience numérique que les entreprises les moins performantes (4 en moyenne).
Parmi ces facteurs figure l’accès aux appareils, outils, applications et technologies nécessaires de n’importe où. Par exemple, dans les entreprises en sous-performance, les employés ne sont généralement pas libres de travailler sur leurs appareils personnels (seulement 30 % des répondants, contre 42 % dans les organisations en forte croissance/hyper-croissance), n’ont pas accès dès le premier jour à des applications de productivité (seulement 35 % des répondants, contre 83 % dans les sociétés en forte croissance), et ne peuvent pas travailler sur l’appareil de leur choix pour leurs tâches les plus importantes hors messagerie (49 % vs 100 %).

(**En moyenne, les entreprises en forte croissance/hyper-croissance d’une année sur l’autre proposent 6,3 facteurs contribuant à une expérience numérique satisfaisante sur 10 (3,7 pour les entreprises en situation de sous-performance))
La qualité de l’expérience numérique joue également un rôle-clé dans le ressenti du personnel. Les répondants affirmant que leur organisation leur permet de travailler de n’importe où aussi facilement qu’au bureau sont bien plus susceptibles de s’estimer fiers de leur entreprise que les autres (70 %, contre 29 %, respectivement). Ils ont également davantage tendance à juger la culture de leur organisation comme progressiste (73 % vs 23 %), et à considérer leur société comme un endroit où il fait bon travailler (71 % vs 27 %) et proposant un bon équilibre entre vie privée et professionnelle (70 % vs 29 %).

Les obstacles à une expérience digitale optimale sont variés :

L’incompréhension des besoins des employés pour près d’un tiers des répondants (32%), le manque de compétences techniques (24%) ou encore le refus d’en faire une priorité stratégique (22 %). Enfin 64 % des professionnels français ont la sensation de ne même pas avoir leur mot à dire quant aux outils pouvant être utilisés au travail, et ce alors même que 80 % des responsables informatiques pensent le contraire.

« La clé de la réussite des entreprises est leur capital humain. C’est ce qui leur permet d’innover, de mettre leurs stratégies à exécution et de dominer leurs marchés. Les professionnels les plus talentueux disposant de davantage d’options adaptées à leurs modes de vie et à leurs plans de carrière, les employeurs sont donc contraints de se livrer une bataille d’une férocité sans précédent afin de les séduire et de les retenir » commente Jean-Pierre Brulard, Senior Vice-Président et General Manager EMEA, VMware. « En proposant une expérience numérique flexible et répondant aux besoins et envies des employés, les organisations pourront attirer et conserver les talents dont elles ont besoin. Elles seront ainsi en mesure de les aider à se développer individuellement et en tant que membres de l’entreprise. »

À propos de l’enquête

*Au total, 3 600 professionnels (1 800 employés, 900 responsables informatiques et 900 responsables RH) utilisant des ordinateurs et des appareils intelligents pour travailler ont été interrogés dans la région EMEA en mars et avril 2019. Une variété de secteurs (dans le public comme dans le privé) est représentée dans le cadre de cette enquête, mais seules les organisations d’au moins 500 salariés étaient éligibles.

Présentation de VMware

VMware en 2019, une entreprise d’origine Californienne.
Les logiciels pour le Cloud, de gestion de réseau VMware sont au cœur des infrastructures et des espaces de travail numériques . Grâce au soutien d’un écosystème de 75 000 partenaires, les offres Cloud et de gestion des réseaux et des espaces de travail numériques de l’entreprise constituent un socle dynamique et efficace pour plus de 500 000 clients dans le monde entier. VMware, dont le siège est basé à Palo Alto (Californie).

VMware est une marque déposée ou une marque de VMware, Inc. aux États-Unis et/ou dans d’autres juridictions.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Virtualisation | Tagged , , , , , , , , , , , , , | Comments Off

VMworldeurope2018 – NVIDIA – T4 carte graphique (partie 6)

Téléchargez : Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau, inscrivez-vous maintenant

  • Suivez mon flux d’informations Datacenter (Techniques de virtualisation, PaaS, VM, Devops etc.) et recevez des informations, des liens vers des articles de blog ou des vidéos et des propositions commerciales de ma part
  • et recevez un lien vers votre documents .pdf :
  • ‘Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau’
  • Cliquez ici

Annoncée en fin d’année dernière (2018) la T4 de chez NVIDIA est vraiment une carte de course.
Elle est destinée spécifiquement à intelligence Artificielle IA (AI in english).
Faible consommation
Parmi ses points forts on trouve une très basse consommation. Et donnée pour 70 W, quand on connaît la consommation des autres cartes, avec la T4 on ne peut plus chauffer son bureau. En fait cela donne une solution moins gourmande en énergie pour réaliser l’entraînement et le calcul d’IA, que ce soit en Datacenter ou en informatique répartie. Le refroidissement se fait donc en mode passif grâce à un simple courant d’air froid.
Accessoirement, la forme de cette carte est « low-profile PCIe ». l’interface bus répond à la norme x16 PCIe Gen3.


Calculs
L’architecture du GPU ‘Graphical Processor Unit’ (basé sur le TU104 NVIDIA) est de type NVIDIA Turing. Il y a pour l’instant 3 API qui permettent de gérer les calculs :
- CUDA
- NVIDIA Tensor-RT(tm)
- ONNX

Caractéristiques matérielles
- NVIDIA Turing Tensor Cores : 320
- NVIDIA CUDA Cores : 2560
La mémoire du GPU : 16Goctets de GDDR 6 à 300 Goctets/sec, 320Goctets au maximum. La largeur de la mémoire est de 256bits. ECC

Performances
(FP : Opération en virgule flottante ‘floating point’):
- en simple précision : 8,1 TFLOP
- en précision mixte (FP16 / FP32): 65 TFLOP
- en INT8 : 130TOPS
- en INT4 : 260TOPS

L’horloge de base est de 585MHz, mais peu être porté à 1590MHz. La vitesse maximum d’horloge de la mémoire est de 5001MHz.

Outre un certain nombre de version Windows, la T4 NVIDIA est aussi supportée par Linux.

Vous pouvez en savoir plus sur le site de NVIDIA : T4 (en Français)

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Développement | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , | Comments Off

VMworldeurope2018 – MICRON le stockage (partie 6)

Téléchargez : Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau, inscrivez-vous maintenant

  • Suivez mon flux d’informations Datacenter (Techniques de virtualisation, PaaS, VM, Devops etc.) et recevez des informations, des liens vers des articles de blog ou des vidéos et des propositions commerciales de ma part
  • et recevez un lien vers votre documents .pdf :
  • ‘Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau’
  • Cliquez ici

Une entreprise dont on a parlé récemment dans l’actualité était aussi présente au VMworld europe 2018. Il s’agit de MICRON (in english). On a vu passer dans la presse quelques articles sur les problèmes avec les transferts de technologie avec la Chine.

Mais que fait cette entreprise ? Elle présentait au VMworld europe 2018 trois produits de ses bureaux d’étude. J’en ai d’ailleurs fait quelques photos :

MICRON est spécialisé entre autre dans les mémoires.

MICRON-NVDIMM : des performances de la RAM dynamique (DRAM)
NVDIMM est de la mémoire persistante qui combine de la NAND flash, de la DRAM et une éventuelle alimentation dans un unique module mémoire. La latence est identique à de la DRAM et peu si nécessaire protéger les données si l’alimentation était interrompue.
On peut mettre le module NVDIMM dans les slots mémoire de la DRAM.


MICRON SATA SSDs (Séries 5200) :
Les disques SATA de la série 5200 vont de 480Goctets à 7,68Toctets. Le contrôleur est Marvell 88SS1074 et équipé de NAND Micron 64-layer 3D TLC.
La vitesse de lecture est de 540Moctets par seconde


MICRON SATA SSDs (Séries 9200) : Il existe 3 type de série 9200.
9200 ECO (pour plus efficacité en lecture), 9200 PRO et 9200 MAX (pour plus efficacité en écriture).

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure | Tagged , , , , , , , , , , , , | Comments Off

HPE Discovery 2018 – Informatique quantique ou optique ? (partie 4)

Téléchargez : Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau, inscrivez-vous maintenant

  • Suivez mon flux d’informations Datacenter (Techniques de virtualisation, PaaS, VM, Devops etc.) et recevez des informations, des liens vers des articles de blog ou des vidéos et des propositions commerciales de ma part
  • et recevez un lien vers votre documents .pdf :
  • ‘Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau’
  • Cliquez ici

Nous avons eu droit à un exposé sur l’informatique quantique et la démonstration que d’autres solutions pouvaient être plus appropriées. Certaines applications envisagées sont bien adaptées à l’informatique quantique, d’autres moins, d’autres encore pas du tout. Je vais donc vous faire une petite explication sur ce sujet.

Qu’est ce que l’informatique quantique ? Normalement c’est un sujet présenté avec de nombreuses formules mathématiques.
La base de travail est le qbit. Le qbit peut être un état de la matière qui est une propriété de photon, d’électron ou d’atome.

Les études sur le sujet sont complexes et demandent beaucoup de ressources à tel point qu’il n’est pas commercialisé actuellement d’ordinateur quantique.

Par exemple, le déchiffrage de message secret (le cassage de code), les calculs où il est besoin de trouver de nombreuses combinaisons sont très bien adaptées à l’informatique quantique. C’est le cas des problèmes simples à définir, dont le calcul est complexe et dont le résultat est simple. Découverte de nouveau matériaux, blockchain dans le cadre de la cryptomonnaie, calcul pour médicaments de synthèse telles sont probablement des applications d’avenir pour cette technologie.

Une des particularités de l’informatique quantique de par sa nature, est qu’il n’est pas possible de suivre le fonctionnement d’un ordinateur quantique. Impossible d’avoir à un instant donné du processus un état exact de la machine. Le principe de mise en œuvre est le suivant:
1) La machine est configurée pour la calcul
2) La machine est isolée de l’univers extérieur
3) Le calcul se déroule en étant isolé de tous
4) Une fois le calcul terminé, l’opérateur peut avoir accès à l’ordinateur pour en connaître les résultats.


De par son fonctionnement, il en existe deux types: le qbit ‘clean’ et le qbit ‘dirty’. En quelque sorte, le qbit ‘dirty’ est un qbit qui est parasité et qui ne sert donc pas au calcul. Le problème de base est qu’un élément quantique n’est pur ou fonctionnel que dans la mesure où il est isolé. S’il ‘entre en contact’ ou même s’il est ‘mesuré’, le qbit prend une valeur et n’est plus utilisable dans le calcul quantique.
Une autre contrainte, importante, c’est la température. Pour être opérationnel, l’ordinateur doit être dans un environnement proche du zéro absolu. C’est qui est très contraignant.

La manière dont se passe l’obtention de résultats. Tient compte de ces divers problèmes. Il est nécessaire de répéter de nombreuses fois le calcul puis d’en faire une étude statistique pour être sûr d’avoir un résultat juste.

Un des écueils actuels, par exemple, est la transcription d’une base de données sur support classique vers un support quantique. C’est pour ça que HPE étudie aussi vers d’autres technologies d’avant garde comme l’informatique optique.

Or la technologie optique, par exemple, peut réaliser des traitements de manière très efficace. Parmi les problématiques où l’informatique optique est très efficace (quand le temps d’exécution croit exponentiellement avec la taille du problème) il y a :
- Le problème du voyageur de commerce (trouver le chemin le plus court en passant par différentes villes)
- L’optimisation des ligne d’avion
- L’optimisation de la logistique

Voici une présentation d’un dispositif optique et un lien vers une page sur le sujet en anglais.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Virtualisation | Tagged , , , , , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2018 – Le super calculateur HPE 8600 (partie 3)

Téléchargez : Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau, inscrivez-vous maintenant

  • Suivez mon flux d’informations Datacenter (Techniques de virtualisation, PaaS, VM, Devops etc.) et recevez des informations, des liens vers des articles de blog ou des vidéos et des propositions commerciales de ma part
  • et recevez un lien vers votre documents .pdf :
  • ‘Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau’
  • Cliquez ici

Monde du Super computing.

Il y a environ 2 ans, HPE a racheté la compagnie SGI, plus connue sous le nom de Silicon Graphics. Silicon Graphics, un nom de légende, très connu des amateurs de film en images de synthèse. Et ce n’est pas pour rien, que Silicon Graphics en était venu à produire des super calculateurs : l’élaboration des images de synthèse demandent une puissance de calcul très importante. C’est pour cela que, dans une moindre mesure, on a dans les PCs du commerce des GPU ‘Graphical Processor Unit’ très gourmands en énergie : le calcul demande beaucoup d ‘énergie. Accessoirement c’est aussi parce qu’ils peuvent traiter beaucoup de calculs en parallèle que les GPU on finis par être utilisés dans le domaine des cryptomonnaies, de l’AI et de la blockchain.


HPE présentait donc un module de cet ordinateur au HPE discover 2018. On peut d’ailleurs voir des détails de ce modules dans un précédant post où j’avais mis des photos de dissipateur thermique, Comme pour les GPUs, la chaleur et le lot des calculateurs puissants.


Mises en œuvre :
Parmi les grands utilisateur du HPE8600, on peut noter aux [USA], le NCAR (Laboratoire pour l’observation de l’atmosphère et la recherche météo). Avec un ordinateur appelé Cheyenne.

Plus prés de nous en Europe, il y a l’EPFL (Ecole polytechnique de Lausanne) [Suisse] pour de la modélisation.

Actuellement un contrat a été signé pour équiper les laboratoires du CNRS afin de servir pour les importants volumes de calcul et l’Intelligence Artificielle (IA). C’est un contrat aux environs de 20 millions d’euros.
(l’IA demande aussi une énorme puissance de calcul).

Parmi les clients on peut noter aussi:

HLRS Stuttgart [Allemagne] – 1er machine avec AMD 46 million d’euros

IFREMER (de l’époque SGI) [France] – équipé d’un ordinateur de 426 Tflops (voir wikipédia pour la définition du flops : https://fr.wikipedia.org/wiki/FLOPS )

TSUBAME (de époque SGI/HPE) [Japon] – équipé d’un ordinateur de plus de 12,2 Pflops avec 540 nœud de calcul, tout en SSD de la NVMe 1,08 Poctets. Une bande passante de 400Gbps par nœud.

Si vous êtes intéresser à rêver devant un ordinateur très évolué comme devant une voiture de course, voici un lien vers de la documentation du système HPE SGI 8600 sur le site HPE : doc. HPE (in french !)

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Virtualisation | Tagged , , , , , , , , , , , , | Comments Off

VMware NSX Service Mesh – annonce 2019

Téléchargez : Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau, inscrivez-vous maintenant

  • Suivez mon flux d’informations Datacenter (Techniques de virtualisation, PaaS, VM, Devops etc.) et recevez des informations, des liens vers des articles de blog ou des vidéos et des propositions commerciales de ma part
  • et recevez un lien vers votre documents .pdf :
  • ‘Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau’
  • Cliquez ici

VMware NSX Service Mesh a été conçu autour de la technologie de service Mesh Istio, pour donner, au niveau application, plus de visibilité, plus de contrôle et de sécurité aux microservices.
Ce concept est de fait une réplication des services réseau et sécurité de la plateforme VMware NSX-T Data Center. Cette extension peut être appliquée directement aux containers par l’interface CNI ‘Container Network interface’.
Il y a une montée en puissance des microservices comme dans les plateformes Kubernetes ou Cloud Foundry. Le concept de ‘service mesh’ doit permettre d’adresser toutes les problématiques propres à cette nouvelle évolution.



Un ‘service mesh’, comme son nom l’indique est un moyen transparent, et indépendant du langage de programmation, pour superviser et contrôler des microservices. Il a été étudié et développé dans l’optique de contrôler le trafic et réaliser des appels d’API entre services. Entre autre, la sécurité est améliorée en gérant l’authentification, les autorisations et le chiffrage des communications de manière cohérente. Et tout cela peut être utilisé sans que les développeurs aient besoin de modifier leur code.
Istio open source project
Actuellement, un des ‘service mesh’ le plus significatif est le projet Open Source Istio. Au départ créé par Google, Ibm et Lyft la communauté a grandi rapidement et VMware en est devenu un des participant très actif.


NSX Service Mesh va permettre de découvrir des services, des données qui leurs sont propres et les utilisateurs à l’origine de transactions de microservices.
Mais aussi NSX Service Mesh va simplifier le travail avec les clusters Kubernetes et les fédérations autour de Cloud et de clusters Kubernetes.
Grâce à des outils unifiés ayant les mêmes règles, NSX Service Mesh va donner une vision cohérente en terme de monitoring. Mais aussi une meilleure sécurité pour les microservices, données et utilisateurs s’étendant sur plusieurs plateformes Cloud natives.


Pour plus d’information, un service Mesh NSX beta sera disponible au début 2019 et va supporter Cloud PKS, avec PKS créant une fédération de mesh.
Vous pouvez vous rendre sur la page VMware NSX Service Mesh pour en savoir plus.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Virtualisation | Tagged , , , , , , , , , | Comments Off

VMworldeurope2018 – Interview Mr Hervé RENAULT – VCPP (partie 5)

Téléchargez : Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau, inscrivez-vous maintenant

  • Suivez mon flux d’informations Datacenter (Techniques de virtualisation, PaaS, VM, Devops etc.) et recevez des informations, des liens vers des articles de blog ou des vidéos et des propositions commerciales de ma part
  • et recevez un lien vers votre documents .pdf :
  • ‘Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau’
  • Cliquez ici

VMworld europe 2018 – VCPP – VMware Cloud Provider Program

Au VMworld europe 2018, j’ai pu rencontrer Mr Hervé RENAULT de VMware. Son rôle est de superviser les relations entre VMware et les partenaires de l’offre Cloud de VMware sur la zone géographique EMEA “Europe Middle-East Africa”. Cette offre est multi-cloud, c’est à dire quelle concerne aussi bien le cloud privé, publique que hybride.

Le programme VCPP
Il consiste en une offre de service sous forme de services SaaS. C’est d’ailleurs une solution pour les fournisseurs de IaaS, Cloud, Serveurs applicatifs, ISP ou PaaS. Les partenaires peuvent investir dans une infrastructure VMware à travers un abonnement mensuel. Le montant de l’abonnement est fonction de la consommation.

Certification
Les partenaires peuvent avoir accès à la certification “VMware Cloud Verified”. Il y a trois niveau de référencement:
- professionnal (marque, liste de référence)
- Enterprise (licences , marketing)
- Premium (co-marketing, support de compte)

OVH
L’opérateur OVH a 28 Datacenter à travers le monde et des milliers de kilomètre de fibre noire.
Il a été un des premiers “VMware Cloud Verified partner”. OVH a en particulier utilisé les innovations de VMware dans le domaine du Cloud, comme VMware Cloud Fundation. Cette offre est aujourd’hui déclinée sous le nom de “eEnterprise”.

Telefonica
Mais il y a aussi dans le monde hispanique, Telefonica. Il est très présent en Amérique Latine et propose le service VDC qui est basé sur la plateforme “VMware Cloud Provider”. Cela leur permet de proposer des choses comme:
- Software defined LAN,
- Internet connectivity
- MPLS Virtual Private Networks and Software defined WAN)
et value-added services (Backup, Disaster Recovery, Security and packaged enterprise applications)

L’offre VCPP intéresse de grands clients comme OVH et des moins grands comme Bretagne telecom. Fait exceptionnel pour une offre Américaine, on relève que 50% du marché se situe en Europe, 35% se trouve aux USA et 15% en Asie.

Workspace ONE
Un exemple de déploiement typique est la mise en place de Workspace ONE pour une utilisation sur tout type de support physique. L’offre Workspace ONE est une évidence pour les clients des providers du Cloud. [ndlr : voir les articles où je parle de Workspace ONE]

Evolution
Les problèmes rencontrés dans la mise en place de cette offre ont été principalement:
- Automatisation de la plateforme. Un des efforts particulier réalisé par VMware est de maximaliser les process automatiques. Pour gérer de nombreux clients, il a été nécessaire d’automatiser au maximum les process utilisateur. Cela permet de réaliser des installations ou des changements de manière très rapide.
- Optimisation du backoffice, toujours pour gagner en efficacité, il a été nécessaire d’optimiser le backoffice et cela a passé aussi par une amélioration du design.

Des partenaires reconnus
Le nombre de ‘VCPP verified partner’ s’élève à 27 entreprises dans le monde et une douzaine en Europe. Par exemple VMware s’appuie à l’international sur des fournisseurs comme OVH, Telephonica ou Tieto pour diffuser son offre VCPP.

Des architectures validées
Maintenant, VMware tiens à disposition des ‘VMware Validated Designs’ (VVDs) pour les fournisseurs d’infrastructure Cloud’. En facilitant la mise en place de solutions Cloud à travers les VCPP, cela permet aux partenaires d’avoir plus de facilitées à déployer et opérer des systèmes Cloud VMware au sein d’une architecture validée. L’utilisation des VVD doit permettre aussi aux partenaires d’obtenir plus facilement la certification VCPP ‘VCPP verified partner’ .

Nouvelles solutions
Parmi les annonces faites lors de ce VMworld il y a des solutions comme :
-‘VMware Cloud Provider Pod’,
-‘VMware vCloud Director 9.5’,
- ‘VMware vCloud Availability for Cloud-to-Cloud DR’
et ‘VMware vCloud Usage Insight Service’ sont maintenant disponibles.

La langue Française
Enfin un effort particulier est fait par VMware pour traduire ses publications et ses documents en langue locale (pour nous le Français). Le Français est aussi très demandé en Afrique du nord.
Cet effort est particulièrement bien venu aussi en Espagne et en Italie pour les langues locales.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure | Tagged , , , , , , , , , , , , , | Comments Off

InConcert – Présentation de l’entreprise (Logiciel pour Centres d’appels) – 1

Téléchargez : Solutionnez 18 pbm VoIP les plus courants, inscrivez-vous maintenant

  • Suivez mon flux d’informations VoIP (Protocole SIP, VoIP, ToIP, Collaboration, Communications Unifiées, téléphones IP etc.) et recevez des informations, des liens vers des articles de blog ou des vidéos et des propositions commerciales de ma part
  • et recevez un lien vers votre documents .pdf :
  • ‘Solutionnez 18 pbm VoIP les plus courants’
  • Cliquez ici

Avant d’aborder les technologies et produits de cette entreprise, j’aimerais vous présenter InConcert, car ce nom ne sera sans doute pas familier à un public francophone.

La société InConcert est une entreprise américano-européenne, elle a environ 200 collaborateurs à travers le monde. Mais aussi sont les premiers dans le domaine de la VoIP en Amérique du sud.
Son activité a commencée, il y a une trentaine d’années. C’est depuis 2001 qu’elle s’est spécialisée dans le domaine des Centres d’appel. Il faut dire que l’Amérique du sud est une destination privilégiée pour situer les Centres d’Appel du continent Américain et des pays comme le Brésil, le Chili ou l’Uruguay sont depuis longtemps la destination des investissements Nord-Américains vers le sud.
Mais InConcert est aussi présente en Espagne, à Barcelone depuis 9 ans, et a des ambitions sur le marché européen et en particulier Francophone.
Dans ce but, ils se sont tournés vers le marché français où ils ont déjà une dizaine de clients. Il convient de noter que si les clients sont Français, leurs Call-Centers peuvent être délocalisés en Espagne, au Portugal ou même en Afrique du Nord pour profiter de coûts salariaux plus faibles. Donc si les solutions sont vendues en France, elles sont utilisées plus au Sud. Outre le marché ‘France’, InConcert explore aussi le marché Belge pour cette raison de proximité. Comme son bureau à Paris est récent, la traduction de la documentation en Français est en cours et devrait être disponible l’année prochaine (2019).

La proposition de InConcert est de fournir tout le nécessaire pour les Centres de contacts, quel que soit leur taille et de gérer la relation client OmniCanal. Par OmniCanal on entend tous les moyens d’échanger entre les clients et l’entreprise (réseaux sociaux, fax, email, téléphone etc.). Cela permet d’avoir une vision tout à fait complète de la situation du client vis à vis de l’entreprise.


Réalisations
En Espagne, par exemple, InConcert a mis en place un centre d’appel pour plus de 1000 agents de la compagnie d’assurance Santa Lucia. Ils ont obtenu d’ailleurs le prix Platinium Contact Center Awards du groupe d’assurance pour leur produit.

Côté technique
Les outils sont développés en Uruguay. Les langages utilisés sont par exemple Java, Lua ou C++ . Les bases de données gérant l’aspect technique “voip” sont plutôt MYSQL.
Les données clients sont plutôt stockées sur Kassandra. Ils estiment que Kassandra, validée par les plus gros acteurs du marché, les GAFA, est très robuste pour les très grands volumes. A l’heure actuelle (nov 2018) InConcert estime que ces outils supportent environ 6 milliards d’interactions client.

Innovations
Une innovation mise en place par InConcert est l’aide à l’automatisation de la relation client grâce à un ‘chat bot’ couplé à un module d’ “AI” proposé par Microsoft, AZURE.


Toujours côté technique la plateforme InConcert s’adapte à de nombreux matériels VoIP utilisés dans les Centres d’Appel, mais aussi avec beaucoup d’outils utilisés dans la relation client sur tous types de support digitaux (réseaux sociaux, CTI, outils de CRM/ERP etc.). Par exemple, la solution s’adapte bien avec SugarCRM, SalesForce, SAP et Dynamics. Il est toujours possible de demander une adaptation vers un outil qui ne dispose pas encore d’API ou qui a une API inadaptée. Mais ce type de développement qui peut être demandé n’est vraiment rentable que pour un nombre important d’utilisateurs.
Les solutions mises en place par InConcert peuvent être ‘on-premise’ (dans le datacenter client) ou dans le Cloud, en Europe (ils ont des datacenter à Paris, à Barcelone et à Madrid).

Voici un lien vers leur site web en Français.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in VoIP/ToIP/Collaboration/Social | Tagged , , , , , , | Comments Off

HPEDiscover Madrid 2018 – Les grandes lignes (partie 2)

Téléchargez : Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau, inscrivez-vous maintenant

  • Suivez mon flux d’informations Datacenter (Techniques de virtualisation, PaaS, VM, Devops etc.) et recevez des informations, des liens vers des articles de blog ou des vidéos et des propositions commerciales de ma part
  • et recevez un lien vers votre documents .pdf :
  • ‘Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau’
  • Cliquez ici

Lors de ce HPE Discover 2018 Madrid, HPE s’est orienté par rapport à 3 lignes directrices:
- Tout ce qui touche à l’aspect stockage
- Ses partenariats dans le domaine sportif de haut niveau
- La sécurité.

Le coin presse se met en place

Le stockage
Historiquement, HPE est connu pour ses équipements de calcul et de stockage. Le stockage est en effet, un des points les plus critique d’une infrastructure Cloud. D’autant qu’il pose des problématiques en terme de sécurité, vitesse d’accès ou d’évolutivité.

Ce sujet est aussi adressé par des solutions globales comme ‘Composability’. En gros, ‘Composability’ est piloté par des APIs unifiées. L’automatisation se fait par SDN et des ressources fluides à travers le ‘compute’ , le stockage et le réseau.
Même des technologies d’avenir comme l’informatique optique permettent d’envisager des évolutions importantes dans le domaine du stockage et elle est aussi présentée par HPE.

Les partenariats sportifs de haut niveau
Bon ok ce n’est pas très technique, mais HPE peut afficher un partenariat avec des grands noms du sport et réputés pour leur image de qualité et de fiabilité.
C’est pour cela, HPE est partenaire du la “Ryder CUP 2018” (golf), et de MERCEDES, le constructeur Allemand de véhicules, dans le cadre des compétitions de F1.

La sécurité informatique
La sécurité informatique est devenu une préoccupation permanente des équipes IT. Enfin, on l’espère. C’est malheureux, mais le développement de logiciels de mauvaise qualité depuis des dizaines d’années fait qu’on en est arrivé à une espèce de pollution permanente des infrastructures IT.
HPE met tout en œuvre pour faciliter la lutte contre les cyber-attaques. Et lors de cet événement, sont présentés des actions de HPE dans ce domaine. C’est le cas de la coopération avec le FBI et EuroPol en particulier grâce à des outils basés sur l’IA (Inteligence Artificielle).

Le mur des tweets

Lors de cet événement il y a beaucoup d’autres sujets présentés sur lesquels j’aurais l’occasion de revenir.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Divers tendance nerd | Tagged , , , , , , , | Comments Off

VMworldeurope2018 – Raccordements électriques EATON pour datacenter (partie 4)

Téléchargez : Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau, inscrivez-vous maintenant

  • Suivez mon flux d’informations Datacenter (Techniques de virtualisation, PaaS, VM, Devops etc.) et recevez des informations, des liens vers des articles de blog ou des vidéos et des propositions commerciales de ma part
  • et recevez un lien vers votre documents .pdf :
  • ‘Dialoguez avec 15 Slides pour devops et réseau’
  • Cliquez ici

A VMworldeurope2018, la société EATON présentait différents produits dont des équipements tournant autour de la gestion de l’alimentation électrique à l’intérieur du rack.

EATON est un fabriquant de prises électriques, de connecteur et de raccord pour alimentations électriques. Certains de ces équipements peuvent être surveillés, voir pilotés par processeur et par une station de surveillance (par exemple basée sur SNMP). La supervision permet le contrôle du rack et de l’arrivée électrique et de réaliser un audit plus facilement.
Parmi les produits présentés par la marque, il y a des réglettes de distribution d’énergie électrique pour rack informatiques.


Ces réglettes de distribution font l’objet d’un certains nombre d’innovations:

1) Les accroches pour câbles d’alimentation au standard IEC.
Pas besoin d’une prise spéciale, ces accroches permettent de retenir les prises en cas de vibration ou de choc. Pour les rendre actives, il suffit d’actionner un petit levier sur le socle de la prise.

2) Sur une réglette on peut avoir un module de contrôle et de gestion de l’alimentation, ce module est maintenant ‘hot swappable’, c’est à dire qu’on peut le remplacer en opération, même quand le tout est sous tension.

3) Il est possible de regrouper logiquement des prises d’un même serveur sur plusieurs réglettes de distribution d’alimentation électrique. Toutes ces alimentations peuvent être contrôlées en même temps.

EATON est aussi fabricant de produits électriques pour le datacenter.. Outre le fait d’être très colorés, ces produits ont la particularité de proposer des outils de commande / contrôle intégrés.

  • LinkedIn
  • MySpace
  • Viadeo
  • Yahoo Bookmarks
  • Facebook
  • Ping
  • Twitter
  • Blogger Post
  • Windows Live Favorites
  • Jamespot
  • Technorati Favorites
  • Yoolink
  • Google Bookmarks
  • Share/Save/Bookmark
Posted in Infrastructure | Tagged , , , , , , , | Comments Off